En quatrième

Bienvenue sur ton blog

25 novembre, 2008

Disparition de monsieur Felix Grandet.

Classé dans : Disparition de Monsieur Felix Grandet,RECRÉATION — gerbert @ 0:10

Monsieur Grandet, le puissant homme d’affaires viticole, apprécié parce que redouté, vient de nous quitter en cette fin d’année 1826, laissant à Eugénie, sa fille, une fortune évaluée à 17 millions de francs !

Retour sur sa vie Disparition de monsieur Felix Grandet. dans Disparition de Monsieur Felix Grandet pdf disparitiondemonsieurflixgrandet.pdf  

18 novembre, 2008

Le Veston ensorcelé.

Classé dans : Le Veston ensorcelé,RECRÉATION — gerbert @ 10:46

Voici la nouvelle de Dino Buzzati librement illustrée par mes soins.

Le Veston ensorcelé. dans Le Veston ensorcelé pdf levestonensorcel.pdf

17 novembre, 2008

C’était l’histoire d’un mec…

Classé dans : C'était l'histoire d'un mec,RECRÉATION — gerbert @ 22:50

L’histoire d’un Ch’ti venu faire carrière à Paris… Voici la preuve :

C'était l'histoire d'un mec... dans C'était l'histoire d'un mec pdf ctaitlhistoiredunmec.pdf

L’orage.

Classé dans : Rédaction — gerbert @ 8:45

Imaginez et rédigez une histoire (d’une quarantaine de lignes) évoquant un orage soudain et violent qui vous surprend (ce peut être lors d’une fête foraine, d’une promenade en montagne, d’une balade en vélo, etc. ; vous êtes seul(e) ou avec des amis, ou encore en famille ; vous avez très peur au plus fort de l’orage ; heureusement, tout se termine bien.

Vous raconterez cette histoire au passé (je vous rappelle que le temps de base du récit est le passé simple).

Telle était le sujet de la rédaction proposée aux élèves de quatrième.

Voici l’une d’elles particulièrement réussie, rédigée par Camille :

L'orage. dans Rédaction pdf unvritablecauchemar.pdf

16 novembre, 2008

Paysage d’automne

Classé dans : Paysage d'Automne,RECRÉATION — gerbert @ 12:37

Voici un magnifique vitrail réalisé en 1923 par Louis Comfort Tiffany (1848-1933), représentant un paysage d’automne :

Paysage d'automne dans Paysage d'Automne pdf paysagedautomne.pdf

Pour en savoir davantage sur cet artiste et contempler quelques-unes de ses oeuvres, vous pouvez vous rendre sur le site suivant :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Comfort_Tiffany 

15 novembre, 2008

Les valeurs du passé simple

Classé dans : LE VERBE PREND LA PAROLE,Les valeurs du passé simple — gerbert @ 11:18

A la demande d’une de vos camarades et compte-tenu de la difficulté et l’importance du sujet, j’apporte des précisions au sujet des valeurs du passé simple (et en relation avec l’imparfait notamment). Cliquez sur :

Les valeurs du passé simple dans LE VERBE PREND LA PAROLE pdf valeursdupasssimple.pdf

12 novembre, 2008

La Joconde

Classé dans : La Joconde,RECRÉATION — gerbert @ 16:12

Lors d’un cours récent, à l’évocation du célèbre tableau de Léonard de Vinci, des élèves semblaient surpris de la taille, relativement petite, du tableau de la Joconde. Je leur ai indiqué qu’il ne devait pas dépasser 70 cm de hauteur, sans avoir les dimensions exactes en tête. La vérité se situe légèrement au-delà :

53 x 77.

C’est l’occasion d’approfondir davantage ce portrait quelque peu énigmatique en cliquant sur :

La Joconde dans La Joconde pdf lajoconde.pdf

10 novembre, 2008

Le dernier voeu de Pierre Cladel

Classé dans : Le dernier voeu de Pierre Cladel,RECRÉATION — gerbert @ 18:32

Voici l’histoire touchante de Pierre Alpinien Cladel, père de l’écrivain Léon Cladel, injustement oublié aujourd’hui, qui découvrit avec fierté, quelques semaines avant sa mort, que son fils avait eu raison de choisir le métier des Lettres.

Le dernier voeu de Pierre Cladel dans Le dernier voeu de Pierre Cladel pdf lederniervoeudepierrecladel2.pdf

Les temps du passé dans un récit.

Classé dans : Chronologie d'un récit,LE VERBE PREND LA PAROLE — gerbert @ 10:45

Vous imaginez une histoire qui s’est déroulée dans un passé plus ou moins lointain. Découvrez le récit et sa chronologie au regard des temps utilisés en cliquant sur :

Les temps du passé dans un récit. dans Chronologie d'un récit pdf lestempsdupassdansunrcit.pdf

7 novembre, 2008

Passé simple et passé composé, en bref.

Classé dans : En bref — gerbert @ 8:59

Le passé simple, temps du récit, donne une vision globale du procès (action ou état exprimé par le verbe). Il permet de traduire des actions passées nettement délimitées dans le temps, qu’elles soient longues ou brèves : Sa mère lui offrit un cadeau ; il fut instituteur durant quarante ans.

Dans un récit au passé (coupé de la situation d’énonciation «  voir leçon du livre p. 250-251), il est le temps des faits de premier plan qui se détachent sur les faits de deuxième plan, exprimés par des imparfaits : Il marchait tranquillement au sein de la forêt lorsqu’un bruit sec le fit sursauter.

Le passé composé, temps du discours, est l’équivalent du passé simple, à l’oral, dans les dialogues ou dans les textes narratifs qui utilisent une langue proche de l’oral (énoncés ancrés dans la situation d’énonciation «  voir leçon du livre p. 250-251) : Hier soir, nous avons bien mangé

Le passé composé exprime également des événements complètement achevés à un moment déterminé ou indéterminé du passé, en relation avec le présent ou dont les conséquences sont encore sensibles dans le présent : Hier matin, nous avons fait les courses pour la semaine.

Le passé simple et le passé composé ont de plus en plus tendance à être confondus à l’écrit. Prenons cet extrait du Secret de Maître Cornille, d’Alphonse Daudet (1869), écrit au passé simple, temps du récit :

Les enfants revinrent tout en larmes, me conter ce qu’ils avaient vu. J’eus le cœur crevé de les entendre… Sans perdre une minute, je courus chez les voisins, je leur dis la chose en deux mots, et nous convînmes qu’il fallait, sur l’heure, porter au moulin Cornille tout ce qu’il y avait de froment dans les maisons…

Dans un roman rédigé à notre époque, il n’aurait pas été étonnant de lire ce même extrait, cette fois au passé composé, (pourtant) temps du discours : 

Les enfants sont revenus tout en larmes, me conter ce qu’ils avaient vu. J’ai eu le cœur crevé de les entendre… Sans perdre une minute, j’ai couru chez les voisins, je leur ai dit la chose en deux mots, et nous avons convenu qu’il fallait, sur l’heure, porter au moulin Cornille tout ce qu’il y avait de froment dans les maisons… 

A l’évidence, l’un et l’autre sont tout aussi compréhensibles ; ce qui explique l’importance prise par le passé composé à l’écrit. 

1...56789...12
 

maggymauve |
Au boulot les 3ème ! |
I have a dream |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'Encre de Phoebé
| "Le regard des autres", 1er...
| Atelier permanent de lectur...