En quatrième

Bienvenue sur ton blog

7 novembre, 2008

Passé simple et passé composé, en bref.

Classé dans : En bref — gerbert @ 8:59

Le passé simple, temps du récit, donne une vision globale du procès (action ou état exprimé par le verbe). Il permet de traduire des actions passées nettement délimitées dans le temps, qu’elles soient longues ou brèves : Sa mère lui offrit un cadeau ; il fut instituteur durant quarante ans.

Dans un récit au passé (coupé de la situation d’énonciation «  voir leçon du livre p. 250-251), il est le temps des faits de premier plan qui se détachent sur les faits de deuxième plan, exprimés par des imparfaits : Il marchait tranquillement au sein de la forêt lorsqu’un bruit sec le fit sursauter.

Le passé composé, temps du discours, est l’équivalent du passé simple, à l’oral, dans les dialogues ou dans les textes narratifs qui utilisent une langue proche de l’oral (énoncés ancrés dans la situation d’énonciation «  voir leçon du livre p. 250-251) : Hier soir, nous avons bien mangé

Le passé composé exprime également des événements complètement achevés à un moment déterminé ou indéterminé du passé, en relation avec le présent ou dont les conséquences sont encore sensibles dans le présent : Hier matin, nous avons fait les courses pour la semaine.

Le passé simple et le passé composé ont de plus en plus tendance à être confondus à l’écrit. Prenons cet extrait du Secret de Maître Cornille, d’Alphonse Daudet (1869), écrit au passé simple, temps du récit :

Les enfants revinrent tout en larmes, me conter ce qu’ils avaient vu. J’eus le cœur crevé de les entendre… Sans perdre une minute, je courus chez les voisins, je leur dis la chose en deux mots, et nous convînmes qu’il fallait, sur l’heure, porter au moulin Cornille tout ce qu’il y avait de froment dans les maisons…

Dans un roman rédigé à notre époque, il n’aurait pas été étonnant de lire ce même extrait, cette fois au passé composé, (pourtant) temps du discours : 

Les enfants sont revenus tout en larmes, me conter ce qu’ils avaient vu. J’ai eu le cœur crevé de les entendre… Sans perdre une minute, j’ai couru chez les voisins, je leur ai dit la chose en deux mots, et nous avons convenu qu’il fallait, sur l’heure, porter au moulin Cornille tout ce qu’il y avait de froment dans les maisons… 

A l’évidence, l’un et l’autre sont tout aussi compréhensibles ; ce qui explique l’importance prise par le passé composé à l’écrit. 

21 octobre, 2008

Au sujet de l’accord des participes passés des verbes pronominaux.

Classé dans : En bref — gerbert @ 8:04

Au sujet de l’accord des participes passés des verbes pronominaux, essayons de faire simple !  Prenons des exemples :

Elles se sont lavées 

question : elles ont lavé qui ? se (pour elles), C.O.D. placé avant le verbe, donc accord.

Elles se sont succédé 

question : elles ont succédé qui ? réponse impossible, car il ne peut y avoir de réponse qu’à la question : elles ont succédé à qui ? C.O.I., donc pas d’accord.

Concernant les verbes essentiellement pronominaux, donc ceux qui ne s’emploient qu’à la voix pronominale, c’est-à-dire obligatoirement avec un pronom réfléchi, leur participe passé s’accordent toujours en genre et en nombre avec le sujet.

Elles se sont enfuies Ils se sont évadés.  Elles se sont évanouies, etc. 

Vous pouvez prendre connaissance de la liste des verbes essentiellement pronominaux en cliquant sur :

http://66.46.185.79/bdl/gabarit_bdl.asp?id=2941 

20 octobre, 2008

La voix passive.

Classé dans : En bref — gerbert @ 17:57

En français, le passif est construit à l’aide du verbe être suivi du participe passé : Le champ est labouré. C’est le verbe être qui porte les marques de mode, de temps, de personne et de nombre. Dans cet exemple, le mode est l’indicatif, le temps est le présent (n’oubliez pas que la phrase est à la voix passive), la personne est la 3ème, le nombre est le singulier.

Pour passer de l’actif au passif, un verbe doit être transitif direct, c’est-à-dire avoir la possibilité d’être accompagné d’un complément d’objet direct (C.O.D.) Manger (une pomme), écrire (une lettre), offrir (un cadeau), laver (le linge), etc., sont des verbes transitifs directs.

 

maggymauve |
Au boulot les 3ème ! |
I have a dream |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'Encre de Phoebé
| "Le regard des autres", 1er...
| Atelier permanent de lectur...